Dans un hôpital de Milan, une exposition choc contre les violences conjugales



Publié le : Modifié le :

Côtes fracturées, nez cassé, couteau planté dans la cage thoracique… À l’occasion de la Journée internationale des violences faites aux femmes, l’hôpital San Carlo, à Milan, expose des radiographies des sévices domestiques subies par les patientes de l’établissement.

Dans le hall de l’hôpital San Carlo, à Milan, une douzaine de clichés sont présentés : radiographies d’un nez et d’un poignet cassés, d’un doigt déboîté, d’un tibia et d’une côte fracturés…

Organisée à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, lundi 25 novembre, l’exposition, à la fois pudique et violente, dénonce les sévices domestiques endurés par des victimes qui ont passé la porte de l’établissement.

C’est la chirurgienne Maria Grazia Vantadori qui a eu l’idée de présenter ainsi une réalité qu’elle a vécue au cours de près de trois décennies de pratique. Bien que des femmes arrivent aux urgences ensanglantées, parfois coupées ou le visage brûlé à l’acide, la praticienne de 59 ans a opté pour les images plus « stériles » des rayons X, estimant qu’elles sont encore plus fortes. « L’avantage des rayons X, c’est qu’avec eux nous sommes plus ou moins tous les mêmes. Nos os sont identiques et chacune d’elles peut être n’importe quelle femme », explique-t-elle.

Martyrs du quotidien

Au cours de sa carrière, le médecin dit avoir vu « des centaines et des centaines » de lésions de tous types sur les femmes, parfois gravissimes. Elle raconte aussi que, même face à l’évidence, ces martyrs du quotidien refusent souvent d’avouer que leur bourreau n’est autre que leur compagnon, leur fiancé ou leur mari, par honte ou par peur de perdre leurs enfants.

En Italie, 142 femmes ont été tuées par la violence domestique en 2018, un chiffre en hausse de 0,7% par rapport à l’année précédente, selon l’institut de recherche italien Eures. Ces cinq dernières années, 538 000 femmes ont été victimes d’abus physiques ou sexuels de la part de leur partenaire, selon l’Institut italien de la statistique (Istat).

L’ONU a estimé que 87 000 femmes ont été tuées dans le monde en 2017, dont plus de la moitié par leur conjoint, leur partenaire ou dans leur propre famille.

Avec AFP
 



A lire aussi

Laisser un commentaire