Alex dans ses baskets | Basket USA


Non drafté à sa sortie de Texas A&M, Alex Caruso fait partie des joueurs qui ne sont pas rentrés par la grande porte en NBA. Recruté pour la pré-saison 2016 par le Thunder, le meneur avait été coupé avant de pouvoir faire ses grands débuts.

Après un an relativement convaincant dans le giron de l’équipe de G-League d’Oklahoma City (près de 12 points à 46%, 4 rebonds, 5 passes et 2 interceptions par match), il pensait avoir fait le plus dur lorsque les Lakers l’ont appelé pour la ligue d’été 2017. Assez bon pour signer un « two-way contract », il a entamé la saison avec les Lakers pour deux rencontres avant de retrouver l’obscurité de la ligue mineure.

« Quand j’ai été appelé, j’ai pensé que j’avais réussi », confie-t-il au Los Angeles Times. « Tout me plaisait par rapport au fait d’être en NBA et je voulais rester mais ça n’a pas marché comme je le voulais. C’était frustrant mais j’ai essayé de rester concentré sur les choses que je pouvais contrôler. » 

En G-League, Alex Caruso a donc poursuivi sa progression avant d’être appelé de plus en plus régulièrement, profitant des nombreuses blessures au sein des Lakers. Sa détermination, ses qualités athlétiques, pas forcément évidentes à première vue, et son sens du spectacle lui ont rapidement permis de se faire apprécier de l’encadrement des Lakers mais aussi du public du Staples Center.

« J’ai grandi dans un environnement religieux. En grandissant et en rencontrant beaucoup de gens, j’ai appris à penser que tout arrive pour une raison. Il n’y a pas de hasard. Il y a une raison pour laquelle je suis revenu en G-League et fini par m’améliorer aussi bien mentalement que physiquement. Quand j’ai eu la chance de jouer davantage en lors de la fin de saison, j’ai pu montrer à quel point j’avais évolué. Au bout du compte, tout s’est mis en place. »

Metta World Peace : « Je suis tellement heureux pour lui »

À tel point qu’après deux saisons sous le modeste régime du « two-way contract » (au mieux environ 275 000 dollars la saison), Alex Caruso a été récompensé d’un contrat de 5.5 millions de dollars garantis sur deux ans, une rétribution méritée selon ses admirateurs.

« Je suis tellement heureux pour lui », a ainsi confié Metta World Peace à la publication angeleno, « Il a travaillé tellement dur et ça paye. Il aurait pu gagner beaucoup plus d’argent à l’étranger mais il est resté, ici, en G-League, a travaillé comme un acharné et maintenant, il a réussi à obtenir au moins deux années de contrat. »  

Peut-être moins en vue que la saison passée, au sein d’un effectif aujourd’hui taillé pour le titre, et actuellement blessé, Alex Caruso reste cependant l’un des premiers choix de Frank Vogel au moment de conclure les matches. À 25 ans, celui qui est surnommé « Bald Mamba » par les fans est désormais un membre à part entière des Lakers et de la NBA. Cela lui reste pourtant toujours difficile à croire après un parcours aussi confidentiel…

« J’écoutais récemment un podcast (…) et ils parlaient de la peur », relate-t-il. « L’une des premières choses qui se produit avec l’anxiété et la peur, c’est que cela a des conséquences sur la mémoire musculaire. Vous pouvez être très bon dans un domaine mais dès que l’anxiété prend place, on perd cet instinct naturel. Donc dès que je suis sur le terrain, j’essaye de ne pas trop réfléchir et juste jouer. J’ai joué toute ma vie. J’aime ce sport, donc j’essaie de ne pas penser au fait d’être en NBA ou de jouer au Staples Center. Je joue tout simplement. » 

Alex Caruso Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2017-18 LAL 37 15 43.1 30.2 70.0 0.4 1.4 1.8 2.0 1.4 0.6 1.1 0.3 3.6
2018-19 LAL 25 21 44.5 48.0 79.7 0.8 1.9 2.7 3.1 2.2 1.0 1.7 0.4 9.2
2019-20 LAL 14 20 41.9 30.3 66.7 0.1 1.7 1.8 2.1 1.3 1.2 1.2 0.4 5.4
Total   76 18 43.5 37.3 76.0 0.5 1.6 2.1 2.4 1.6 0.8 1.3 0.3 5.8



A lire aussi

Laisser un commentaire