Pour Carmelo Anthony, les équipes ont eu peur de la pression médiatique liée à sa signature


Avec 18 points, 7 rebonds et 4 passes contre les Bucks, Carmelo Anthony a réussi son deuxième match avec les Blazers, après un retour déjà plutôt correct, surtout suite à une année passée loin des parquets. Une preuve selon lui que ce n’est pas son niveau qui était en question, mais bien sa perception dans les médias.

Les expériences ratées à Oklahoma City puis à Houston ayant joué un rôle évidemment néfaste.

« Je pense que c’était, non pas de l’intimidation, mais une situation où les équipes ne voulaient pas se mettre dans une posture où elles devraient gérer le rôle que j’allais accepter, ou me questionner sur ce rôle », raconte ainsi Melo à Yahoo! Sports. « Avec en plus, l’attention médiatique derrière tout ça. Le fait de me faire venir amène tout ça. Personne ne savait où j’en étais, ni ce que je pensais. Donc je pense que c’était plutôt lié à des choses éloignées du basket, personne ne pensait que je ne pouvais plus jouer. »

Les doutes ne portaient en effet pas tellement sur le talent pur de Carmelo Anthony mais sur le fait de savoir si l’ailier accepterait un rôle réduit, ou de remplaçant, et si l’avoir dans le vestiaire en valait vraiment la chandelle.

Un constat confirmé par les commentaires de son coach personnel et le soutien reçu de la part de toute la ligue. Même si les « performances » de Melo à New York dans les matches d’entraînement estivaux, qui ont alimenté les réseaux sociaux, n’étaient pas une partie de plaisir pour un joueur en quête de rachat.

« Réussir dans ces matches, c’était compliqué », ajoute-t-il ainsi. « Il y a eu un moment où je ne voulais plus y aller. Je me sentais gêné, humilié. Donc il a fallu que je passe outre. Dès que je suis dans la salle, je suis en mode salle. C’est une seconde nature. Je voyais ça comme une saison pour moi, comme un training camp. Je pense que les joueurs ont vu mon niveau de concentration. » 



A lire aussi

Laisser un commentaire