Même face à des Spurs malades, Brett Brown reste méfiant


Ne comptez donc pas sur le coach des Sixers pour prendre la rencontre de ce soir face à San Antonio à la légère. Les Texans sont pourtant au plus bas avec un bilan de cinq victoires pour dix défaites et restent notamment sur sept revers de suite et 138 points encaissés à Washington mercredi soir. Mais Brett Brown connaît trop bien la maison pour ne pas aborder le match de ce soir avec la plus grande vigilance.

« Ils sont entraînés par Gregg Popovich » lance-t-il comme l’argument ultime. « Et je connais la grande majorité du coaching staff en place, pas autant que les joueurs ».

Les Spurs restent les Spurs…

Le technicien, qui a récemment repris la tête de la sélection nationale australienne, a en effet fait ses gammes aux Spurs aux côtés de Gregg Poppovich, occupant divers postes entre 1998 et 2006 comme directeur du développement des joueurs. Il a ensuite intégré la garde rapprochée de Pop en tant qu’assistant coach de 2006 à 2013 avant de relever le défi proposé par Philadelphie, qui lui a permis de devenir coach principal.

« Mon affection, mon respect et mon amitié avec Pop ont duré plus de deux décennies, et je me fiche de ce qu’ils font en ce moment », a ajouté Brett Brown alors que les Sixers affichent eux un bilan plus honorable (9 victoires – 5 défaites). « Même s’ils avaient gagné quinze fois de suite, je vous donnerais la même réponse. Tout ce que je fais, c’est de voir qu’en face il y a Pop et les San Antonio Spurs. Et je sais qu’on ferait mieux de montrer notre meilleur visage, ou alors on va partir pour une longue soirée ».

Brett Brown pourrait en plus ne pas pouvoir compter sur Trey Burke (cheville) et Josh Richardson (hanche), toujours annoncés comme incertains pour le match de ce soir.



A lire aussi

Laisser un commentaire