Entrevues Belfort 2019 : derniers jours


Depuis le lundi 18 et jusqu’au lundi 25, Belfort accueille la nouvelle édition du festival Entrevues créé en 1986, la première sous l’égide de la nouvelle directrice générale Elsa Charbit qui a dirigé pendant cinq ans le Festival des moyens-métrages de Brive. Ce festival est avant tout dédié au jeune cinéma indépendant et novateur, avec une compétition internationale de jeunes réalisateurs (1er, 2e et 3e film), dont Amin Sidi-Boumédiène avec Abou Leila découvert à la Semaine de la Critique cette année et Anthony Chen, lui aussi révélé à Cannes, au sein de la Quinzaine des réalisateurs, une sélection qui lui a permis de remporter la Caméra d’or avec Ilo Ilo en 2013. Il y aura aussi des avant-premières hors-compétition, ainsi que des rétrospectives en présence cette année de Pierre Salvadori et Abel Ferrara qui présenteront respectivement ce samedi Dans la cour (accompagné de Gustave Kervern) et En liberté pour le premier, L’Ange de la vengeance et Tommaso, son dernier en avant-première à 20h, pour le second.

Au programme encore, un focus sur L’Algérie aujourd’hui et un autre sur le cinéma est-allemand à l’occasion des 30 ans de la chute du Mur. Mais aussi une sélection autour du thème de la Chasse à l’homme avec notamment Scènes de chasse en Bavière, présenté (dans une copie 35mm) par son réalisateur Peter Fleischmann. Dernières séances ce week-end avec encore de très belles découvertes à faire, ou de classiques de la traque à revoir, dans des styles pour le moins variés, avec Les chasses du comte Zaroff de Ernest B. Schoedsack et Irving Pichel, L’Appât d’Anthony Mann, Certains l’aiment chaud de Billy Wilder, L’Étrangleur de Paul Vecchiali et le très très rare Une balle au cœur de Jean-Daniel Pollet, récemment restauré. Dressé pour tuer de Samuel Fuller, dénonciation frappante du racisme, devrait faire sursauter quelques spectateurs, surtout lors de sa scène finale.

Le jury chargé de départager les films en lice est composé des réalisateurs Danielle Arbid, Marie Dumora, Yann Gonzalez et João Pedro Rodrigues et de Nicolas Reyboubet, directeur et programmateur du cinéma Kosmos de Fontenay-sous-Bois depuis 2010. Clôture le lundi 25 avec l’avant-première de La fille au bracelet de Stéphane Demoustier, déjà chroniqué par Tobias lors de son passage à Albi (voir ici).

Sélection

Longs métrages en compétition

143 rue du désert de Hassen Ferhani (France / Algérie)

Abou Leila d’Amin Sidi-Boumédiène (Algérie)

Après la nuit de Marius Olteanu (Roumanie)

From Tomorrow on, I Will de Ivan Markovic et Linfeng Wu (Allemagne / Chine)

L’île aux oiseaux de Maya Kosa et Sergio Da Costa (Suisse)

Jiyan de Süheyla Schwenk (Allemagne)

Los miembros de la familia de Mateo Bendesky (Argentine)

Muhammed Ali de Umit Köreken et Nursen Çetin Köreken (Turquie / Allemagne) Noël et sa mère d’Arthur Dreyfus (France)

Toutes les vies de Kojin de Diako Yazdani (France)

Tutto l’oro che cè d’Andrea Caccia (Italie / Suisse)

Wet Season d’Anthony Chen (Singapour / Taiwan)

Courts métrages en compétition

Aline de Simon Guélat (France / Suisse)

Bus 96 de Louis Séguin (France)

El Corral de Alfredo Marimon et Daniela Lopez (Colombie)

La espada me la ha regalado de Miriam Martín (Espagne)

La guerre des centimes de Nader S. Ayach (France)

Histoire de la révolution de Maxime Martinot (France)

The Hunt de Mateusz Jarmulski (Pologne)

Kordelio Concentration Camp de Jazra Khaleed, Yannis Karamitros et Sylvain L’Espérance (Grèce)

Rodeo de Mario Valero (Espagne / France)

Soleil noir de Maureen Fazendeiro (Portugal / France)

Sous les écailles de Colombe Rubini (Suisse)

Then comes the evening de Maja Novakovic (Serbie / Bosnie-Herzégovine)

La Tigresse de Fabrizio Paterniti Martello (Italie)



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire