Plus d’un Français sur dix est couvert par un minima social



Ce nombre d’allocataires est en légère augmentation en 2018 (+0,6%), alors qu’il était stable en 2017 (+0,1%). Il avait diminué de 1,3% en 2016, selon le service statistique des ministères sociaux.

11% de la population française est concernée. Près de 4,25 millions de personnes percevaient un minimum social en France en 2018, soit environ 7 millions de personnes en ajoutant les conjoints et les enfants couverts, selon une étude annuelle de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), publiée vendredi 22 novembre.

Ce nombre d’allocataires est en légère hausse en 2018 (+0,6%), alors qu’il était stable en 2017 (+0,1%). Il avait diminué de 1,3% en 2016, seule année de baisse depuis la crise de 2008, assure le service statistique des ministères sociaux.

L’an passé, les dépenses liées au versement des minima sociaux ont représenté 27,2 milliards d’euros, soit 1,2% du produit intérieur brut (PIB), en hausse de 0,5% par rapport à 2017.

Cette augmentation est due en grande partie à une hausse des effectifs du Revenu de solidarité active (RSA), de l’Allocation adulte handicapé (AAH) et du minimum vieillesse, les trois minima les plus distribués. En 2018, les allocataires du RSA ont augmenté de 1,1% après deux années de recul. Le versement de cette allocation concernait 1,90 million de personnes, soit environ 45% de l’ensemble des allocataires de minima sociaux.

Les effectifs de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ont poursuivi leur hausse (+2,2%), au même rythme que depuis 2012. Plus de 1,19 million de personnes en situation de handicap touchaient cette aide fin 2018. Quant au nombre d’allocataires du minimum vieillesse, il s’élevait fin 2018 à 568 100 personnes, soit une augmentation de 2,8% après plusieurs années de stagnation. Cette hausse est due à la revalorisation de cette prestation au 1er avril 2018, le plafond de ressources maximal pour la percevoir ayant augmenté.

Selon cette étude, les bénéficiaires de l’allocation pour demandeur d’asile (ADA) sont par ailleurs 15,4% plus nombreux. Quelque 100 000 personnes percevaient ce minimum fin 2018, « une forte hausse directement liée à celle des effectifs de demandeurs d’asile », est-il expliqué.



A lire aussi

Laisser un commentaire