l’alibi de Michel Fourniret mis à mal



Michel Fourniret avait jusqu’ici un alibi dans l’affaire de la disparition de la jeune Estelle Mouzin, survenue en 2003, mais celui-ci s’est retrouvé fragilisé, jeudi 21 novembre. « Le tueur en série avait affirmé aux enquêteurs qu’il ne pouvait se trouver en Seine-et-Marne le jour de la disparition d’Estelle Mouzin. Il avançait pour preuve un coup de téléphone passé à son fils depuis son domicile en Belgique. Or, jeudi soir, son ancienne épouse affirme que c’est elle qui a passé cet appel, à sa demande », indique la journaliste Sophie Neumayer, en duplex depuis le palais de justice de Paris.

« Monique Olivier ne sait pas pour autant où se trouvait Michel Fourniret quand la fillette a disparu. Contacté, l’avocat de celui qui est surnommé ‘l’ogre des Ardennes’ n’a pas souhaité s’exprimer à ce stade. C’est donc parole contre parole. La prochaine étape décisive sera l’audition de Michel Fourniret lui-même. Ce sera la première fois qu’il est entendu dans l’affaire Estelle Mouzin par un juge d’instruction, une magistrate devant laquelle il semble enclin à s’exprimer, puisqu’il a déjà reconnu face à elle, l’an dernier, deux meurtres supplémentaires », conclut-elle.



A lire aussi

Laisser un commentaire