la CFDT-Cheminots croit « toujours en la possibilité de poursuivre des négociations » avec le gouvernement



Le syndicat s’attendait à des annonces qui ne sont pas venues. Il a, à son tour, déposé un préavis de grève mais ne rompt pas le dialogue.

L’organisation syndicale CFDT-Cheminots a décidé jeudi 21 novembre de déposer à son tour un préavis de grève reconductible contre la réforme des retraites le 5 décembre, à la suite d’une réunion prévue au ministère des Solidarités à Paris. Elle croit cependant « toujours en la possibilité de poursuivre des négociations », annonce Rémi Aufrère-Privel, secrétaire général adjoint de la CFDT-Cheminots.

Le syndicat est sorti fâché de son rendez-vous avec le gouvernement jeudi matin. « Il y a à peu près dix jours, la CFDT-Cheminots s’était engagée avec un autre syndicat dans un processus de négociation, avec deux rencontres bilatérales, des annonces devant être faites par le gouvernement le 22 novembre », explique Rémi Aufrère-Privel.

Nous déplorons l’absence d’annonces nous permettant de nous inscrire dans un processus plus positif.Rémi Aufrère-Privel, secrétaire général adjoint de la CFDT-Cheminotsà franceinfo

« Nous avons décidé de déposer un préavis de grève qui permet toujours la poursuite des négociations, confirme Rémi Aufrère-Privel. Nous croyons toujours en la possibilité de poursuivre des négociations, d’obtenir des annonces nécessaires pour rassurer le corps social cheminot. »

Des « annonces nécessaires » qui passeraient par la « clause du grand-père », c’est-à-dire de n’appliquer la réforme qu’aux futurs embauchés, ou encore « de la reconnaissance plus importante de la pénibilité » du travail à la SNCF. Le préavis de grève « sert à négocier », explique le syndicaliste. Le but de la CFDT-Cheminots « est d’obtenir satisfaction sur nos revendications et non pas d’aller à la grève à tout prix. »

Avec ce préavis de grève reconductible le 5 décembre, la CFDT Cheminots a rejoint les trois principaux syndicats représentatifs de l’entreprise ferroviaire : la CGT-Cheminots, l’Unsa ferroviaire et SUD Rail.



A lire aussi

Laisser un commentaire