ouverture du procès de Willy Bardon


Elodie Kulik est morte à 24 ans, violée puis étouffée. Depuis, son père, Jacky Kulik, se bat pour que des coupables soient désignées. « Vous allez me dire que c’est le sentiment d’un papa, mais pour moi elle n’avait que des qualités », déclare-t-il. Le soir du 11 janvier 2002, Elodie Kulik, en voiture, fait un tonneau sur une route. Son corps dénudé et partiellement carbonisé est retrouvé le lendemain dans une décharge agricole. Sur la scène du crime, les gendarmes trouvent des empreintes et de l’ADN, mais l’enquête piétine pendant dix ans.

En 2011, de nouvelles techniques sur l’ADN mènent à Grégory Viard, décédé, mais bien confirmé depuis comme l’auteur du viol d’Elodie Kulik. Mais il n’était pas seul : sur une bande-son, les enquêteurs identifient une autre voix masculine, celle de Willy Bardon. Si ce dernier clame depuis son innocence, il comparaîtra libre jeudi 21 novembre face au jury d’Assises.

Le JT

Les autres sujets du JT



A lire aussi

Laisser un commentaire