François Ruffin sanctionné après de vifs échanges sur les « gilets jaunes » à l’Assemblée


1.600 euros prélevés sur son indemnité parlementaire : telle est l’« amende » que François Ruffin va recevoir, après la vive passe d’armes qui a eu lieu à l’Assemblée nationale, mardi 19 novembre. Son tort ? Être intervenu de manière trop véhémente lors la séance des Questions au Gouvernement (QAG).

Alors que le député Insoumis Ugo Bernalicis venait de taxer le préfet de Paris d’« éborgneur » et de « fou furieux », le député de la Somme a appuyé les propos de son collègue, avant de reprocher au secrétaire d’Etat Laurent Nuñez de ne pas avoir eu un seul mot de compassion pour les manifestants blessés lors de la manifestation des « gilets jaunes », le week-end dernier. Le ton et le brouhaha est alors rapidement monté dans l’hémicycle. C’est alors que Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale, a décidé de « noter » François Ruffin au procès-verbal de la séance.

Les « insoumis » réclament la tête du préfet de police de Paris après sa réponse à une « gilet jaune »

Une sanction qui surprend Ugo Bernalicis. « Lorsque j’ai parlé, on m’a hurlé dessus », explique l’élu au « Parisien ». « Il y a eu un tel brouhaha que peu de gens ont pu entendre mes propos. Et pourtant, il n’y a eu que François Ruffin qui a été sanctionné. C’est inadmissible. »





FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire