Explosion de la rue de Trévise : l’assureur Generali saisit la justice



Dix mois après 
l’explosion de gaz qui a fait 4 morts et 66 blessés rue de Trévise

, à Paris, Generali saisit la justice pour accélérer la procédure d’indemnisation des victimes. L’assureur italien assurait l’immeuble le plus touché par les dégâts, dont l’origine n’a pas encore été déterminée. Il a saisi le tribunal de grande instance de Paris lundi en référé pour demander la désignation rapide d’un expert. Le juge a fixé une audience au 12 décembre.

L’assureur déclenche cette procédure au civil, pour le volet des dommages matériels de l’accident, maintenant que l’investigation des lieux de la catastrophe au pénal est terminée. Il est temps de passer à l’expertise pour le civil afin de pouvoir, dans un deuxième temps, programmer le déblaiement du site et la reconstruction de l’immeuble, souligne-t-il. Chez GRDF, l’opérateur du réseau de distribution de gaz, on s’étonne de cette décision de Generali, soulignant que l’enquête au pénal n’est pas encore terminée.

Indemnités de relogement

« Notre objectif, c’est que les quelque 150 habitants de la rue de Trévise qui ont dû quitter leur logement puissent les réintégrer le plus vite possible », assure-t-on chez l’assureur. « Les règles en matière d’assurance n’empêchent pas l’assureur de commencer l’indemnisation des victimes dès maintenant, en attendant de se retourner contre le responsable de l’accident lorsque ce dernier sera connu », rétorque-t-on chez GRDF, qui rappelle qu’il n’a pas été mis en cause à ce stade.

Pour l’instant, les victimes ont touché des indemnités pour se reloger ou financer de nouveaux locaux professionnels. Les dommages matériels seraient estimés à quelque 80 millions d’euros, sans compter les dommages corporels qui pourraient s’élever à plusieurs dizaines de millions, d’après une source au fait du dossier (ces chiffres ne sont pas confirmés officiellement).

Sous la chaussée ?

Selon une première étape de l’enquête révélée par « Le Parisien »,
la fuite trouverait son origine sous la chaussée

, et non dans l’immeuble. Ce point est crucial car GRDF est l’opérateur du réseau de gaz dans le premier cas, alors que la copropriété est détentrice des tuyaux dans le second. Il faudra toutefois attendre le rapport d’expertise, qui doit être publié début décembre, pour confirmer ce scénario.

700 millions d’investissements à Paris

GRDF va investir 700 millions d’euros au cours des quinze prochaines années dans la capitale, dans le cadre du renouvellement de son contrat de concession signé avec la Ville de Paris. Une part « importante » sera consacrée à la sécurité, a précisé lundi Edouard Sauvage, directeur général de l’opérateur du réseau de distribution du gaz. « La négociation a été longue et difficile », a assuré l’adjoint à la Mairie de Paris Jean-Louis Missika, le fait que GRDF soit « un monopole » ne permettant pas de faire jouer la concurrence, a-t-il souligné.

GRDF va verser une redevance de 1,2 million d’euros par an à la Ville, contre 738.000 dans le contrat précédent qui avait une durée de 25 ans, soit une hausse de 62,5 %. Le contrat accorde une place plus importante à la transition énergétique, avec l’objectif de 100 % de gaz vert d’ici à 2050 et le financement par GRDF d’un fonds de 1,8 million par an consacré au financement de la transition.



A lire aussi

Laisser un commentaire