EDF solde son aventure malheureuse dans le nucléaire américain



EDF « is out », comme le dit la formule américaine. En vertu des accords passés en 2014 avec son partenaire outre-Atlantique Exelon, l’électricien français a « notifié », ce mercredi, son intention 
de céder ses parts au sein de leur coentreprise dans le nucléaire, CENG.

Détenue à 49,99 % par EDF et à 50,01 % par le numéro un américain du nucléaire, cette coentreprise exploite cinq réacteurs sur la côte est des Etats-Unis.



A lire aussi

Laisser un commentaire