Boris Johnson et Jeremy Corbyn s’écharpent sur le Brexit



Publié le : Modifié le :

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, et le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, se sont affrontés mardi soir sur le Brexit, pour leur premier débat télévisé avant les élections législatives du 12 décembre.

Au Royaume-Uni, la campagne pour les législatives du 12 décembre s’annonce musclée. Mardi 19 novembre, les deux principaux candidats, le Premier ministre Boris Johnson et le chef des travaillistes Jeremy Corbyn se sont écharpés lors du premier débat télévisé de la campagne.

« Mettons fin aux tergiversations et aux retards, à l’impasse et aux divisions », a martelé le chef du gouvernement conservateur. Arrivé au pouvoir fin juillet, Boris Johnson fait régulièrement miroiter la promesse de « réaliser le Brexit », trois ans et demi après le référendum de juin 2016 qui a vu les Britanniques voter à 52 % pour quitter l’UE.

Il compte sur le scrutin pour obtenir une majorité au Parlement qui lui permettra de faire voter l’accord de sortie de l’Union européenne. « Dès que nous ferons passer cet accord au Parlement, et nous pouvons le faire dans les prochaines semaines, nous pouvons nous attaquer aux priorités du peuple », a avancé Boris Johnson.

Le calendrier du Brexit en doute

Le chef du gouvernement s’engage à quitter l’UE d’ici fin janvier, puis à nouer un nouvel accord commercial avec l’UE avant la fin d’une période de transition prévue jusqu’en décembre 2020, un calendrier qualifié d' »absurde » par son rival. « Vous n’allez pas le faire en quelques mois et vous le savez parfaitement bien », a attaqué M. Corbyn, estimant qu’il lui faudrait « probablement sept ans de négociations pour conclure un accord commercial ».

Le leader conservateur l’a attaqué en retour sur son point faible : ses hésitations sur le Brexit. C’est « très clair », lui a rétorqué M. Corbyn : « trois mois pour négocier un accord de Brexit » et « six mois pour (organiser) un référendum » qui soumettra aux Britanniques ce nouvel accord ou l’option de rester finalement dans l’UE.

Match nul 

Un sondage réalisé par YouGov juste après le débat télévisé plaçait d’ailleurs Boris Johnson et Jeremy Corbyn au coude à coude (51—% contre 49—%). « C’est match nul, pas de gaffe majeure », commente Bénédicte Paviot, correspondante de France 24 à Londres.

Dans cette campagne, les conservateurs arrivent pour l’instant largement en tête des sondages avec 42—% d’intentions de vote, devant le Labour (30—%) selon un sondage YouGov pour The Times publié mardi après-midi. « Mais attention, prudence », avertit Bénédicte Paviot, « beaucoup de choses peuvent encore se passer, dans les débats et dans la presse. Il reste encore trois semaines avant l’élection, c’est long ». 

Le débat, qui a duré une heure, était la première confrontation opposant les chefs des deux principaux partis politiques britanniques à la télévision, un tête-à-tête organisé au grand dam des petits partis, comme le Parti libéral-démocrate et les nationalistes écossais du SNP. Tous deux europhiles, ces partis regrettaient que la voix du camp « Remain » ne soit pas entendue. D’autres débats sont à venir. 

Avec AFP



A lire aussi

Laisser un commentaire