Rachida Dati officiellement investie par Les Républicains pour les municipales à Paris (et ça va être dur)


Le résultat était attendu. Rachida Dati a été officiellement investie mercredi 6 novembre par Les Républicains pour être candidate aux élections municipales de 2020 à Paris. Selon BFMTV, l’actuelle maire du 7e arrondissement a été élue à 19 voix contre 3 pour Marie-Claire Carrère-Gée.

Rachida Dati s’est aussitôt réjouie de cette investiture, assurant dans un communiqué transmis à l’AFP que sa campagne, placée sous le slogan « Engagés pour changer Paris », aurait comme priorités « la sécurité, la propreté », « les familles » et « l’écologie, la santé ».

Il s’agit de « réconcilier les Parisiens avec Paris, après 12 années de mandature socialiste », assure la candidate LR, dont le conseiller politique sera le député et ancien maire du XVIe arrondissement Claude Goasguen – ce qui scelle la réconciliation après des relations parfois tendues.

Le choix de la commission nationale d’investiture (CNI) du parti ne faisait que peu de mystère : ces dernières semaines, Rachida Dati s’étant clairement imposée comme favorite malgré des critiques la trouvant trop « clivante ».

La droite n’avait de toute façon « pas d’autre choix », assurait un autre responsable LR à l’AFP, sous couvert d’anonymat : « On a essayé de chercher Baroin, Pécresse devait y aller, Calmels et Douste-Blazy on y a pensé… Tout le monde a décliné. On a même pensé à Sarkozy… »

Comme le rapporte « le Figaro », la nouvelle tête de liste LR a assuré qu’elle ferait mentir les sondages qui la donnent perdante. Il faut dire qu’ils ne lui jouent en effet pas la part belle, et conquérir Paris ne sera pas aussi simple qu’arracher l’investiture. Dans un sondage publié mi-septembre, elle n’arrive qu’en quatrième position avec 14 %, derrière une liste de la majorité municipale menée par Anne Hidalgo (24 %), Benjamin Griveaux (17 %, LREM) et Cédric Villani (15 %, dissident).

Voitures, crèches, gel des loyers… Les premières pistes de Villani pour Paris

« LR risque d’être rayé de la carte »

D’ici mars, la candidate et ses équipes devront mettre les bouchées doubles pour gagner du terrain. Et l’enjeu est de taille :

« L’équation va être compliquée mais l’enjeu est la survie de la droite à Paris », annonce franchement une responsable LR à l’AFP. « LR risque d’être rayé de la carte. On peut perdre tous les arrondissements », ajoute un élu.

Reste un hic, selon de nombreux cadres du parti : « Elle a un vrai problème conjoncturel avec le risque d’être mise en examen », dit ce responsable LR qui évoque une « fillonite aiguë ».

Rachida Dati est en effet visée par une enquête pour « abus de biens sociaux » et « corruption » du Parquet national financier (PNF). Elle porte sur des prestations de conseils conclues notamment par l’élue avec la filiale néerlandaise de l’alliance Renault-Nissan, RNBV. Fin octobre, des perquisitions ont été menées dans le bureau et le domicile de la maire du VIIe arrondissement. Rachida Dati nie cependant toute irrégularité.





FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire