Pour la premire fois, l’appel la prire musulman a t entendu dans les rues d’Amsterdam


C’est une victoire politico-religieuse pour les uns, et une défaite culturelle et civilisationnelle pour les autres. Pour la première fois dans la capitale hollandaise, les autorités d’Amsterdam (Pays-bas), ont autorisé l’adhan, ce chant du muezzin qui appelle les musulmans à la prière, dans l’espace public occidental. La Mosquée Bleue avait initialement prévu l’Adhan vendredi dernier, mais le câble du système audio a été coupé par des individus non identifiés.

JPEG

Vendredi 15 novembre 2019 dans l’après-midi, la mosquée Bleue d’Amsterdam a éructé son premier appel public à la prière. Une société spécialisée a connecté les haut-parleurs et effectué des mesures de bruit jeudi afin de s’assurer que l’Adhan ne dépasse pas les limites de bruit, a déclaré l’imam Yassin Elforkani à Het Parool. Ce dernier espère que le premier Adhan sera le début d’une nouvelle tradition. L’appel à la prière la plus importante de la semaine un vendredi après-midi se fera désormais par l’intermédiaire d’orateurs. Il espère que cela contribuera à rendre l’Islam plus visible, afin que les habitants d’Amsterdam puissent s’habituer davantage à la religion. « Nous ne voulons pas provoquer avec cela, mais essayons de normaliser les traditions islamiques », a déclaré l’imam à Parool le mois dernier.

La Blauwe Moskee est la première mosquée d’Amsterdam à rendre public son appel à la prière. Le conseil municipal d’Amsterdam a critiqué cette idée et le maire Femke Halsema a considéré que cet appel public à la prière était inutile et désuet, mais ils doit reconnaître que cela relève de la liberté religieuse « tout comme les églises chrétiennes ont le droit de sonner la cloche le dimanche. »

Des réactions positives

Nourdeen Wildeman, porte-parole de la mosquée, a déclaré à l’agence Anadolu qu’ils étaient heureux et honorés d’entendre Adhan malgré les orateurs malgré le retard. Affirmant que 7% des mosquées néerlandaises récitaient l’Adhan depuis des années, M. Wildeman a souligné qu’il s’agissait de la première fois pour la capitale. « Les réactions des locaux sont différentes. Certains le critiquent, mais en général, les réactions sont positives », a-t-il déclaré. Ursula van Spronsen, une riveraine, a déclaré être venue à la mosquée pour la première fois pour entendre le Adhan et que ça sonnait bien (sic). Aux Pays-Bas, où la liberté de religion est protégée par la Constitution, toutes les religions sont autorisées à appeler leurs fidèles une religion régie par une loi de 1980.

En vertu de la loi, les municipalités peuvent limiter la durée et le volume de l’Adhan, mais ne peuvent pas l’interdire. Il y a environ 500 mosquées aux Pays-Bas.

Câble sectionné

La Mosquée Bleue avait initialement prévu l’Adhan vendredi 8 novembre, mais le câble du système audio a été coupé par des individus non identifiés. Cette démarche controversée de cette mosquée d’Amsterdam visant à amplifier l’appel à la prière du vendredi après-midi a mal tourné devant des journalistes en attente, alors que le câble permettant la diffusion de l’Adhan avait été coupé.

Des dizaines de fidèles et de journalistes étaient à l’extérieur de la Blauwe Moskee à 13 heures lorsque les haut-parleurs ont été allumés, mais aucun son n’est sorti.

Le conseil de la mosquée espère que l’appel à la prière aidera à « normaliser l’islam dans cette magnifique ville mondiale d’Amsterdam », a-t-il déclaré sur Facebook en octobre.

Mais les nouvelles ont immédiatement provoqué une vague de commentaires sur les réseaux sociaux. Le PVV, parti anti-islam, a posé des questions devant le parlement et le maire d’Amsterdam, Femke Halsema, a affirmé qu’il ne soutenait pas cette idée .

Les autorités de la mosquée prévoient de tenir une nouvelle tentative de diffusion de l’appel à la prière par l’intermédiaire d’orateurs la semaine prochaine.

 

Grégory Roose

 





Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire