Confiance : NON – AgoraVox le mdia citoyen


 

De la roublardise, de l’écologie et de la confiance… Billet à relire dans 2 ans.

 


PROCES D’INTENTION
Ou comment créer une nouvelle niche fiscale.

Notre administration, du sommet de la pyramide jusqu’à sa base, quel que soit l’agent, a toujours cherché à améliorer son prélèvement sur ceux qui lui sont soumis.
Il n’est en rien question de remettre en cause la nécessité de la contribution des citoyens et autres acteurs à la chose commune, c’est-à-dire la Res Publica, mais il faut reconnaitre que l’imagination de cette direction, le Trésor, est quasiment sans limite.

Nous vérifions aujourd’hui, avec l’exploit de notre ministre de l’économie Bruno Lemaire, intervenant sur les ondes de BFM Télévision et interrogée par la charmante Appoline de Malherbe, l’immense performance de son esprit, hélas destiné une fois de plus, à augmenter les entrées : Que ne soit-il pas directeur des ventes de la maison France.
(*) Il y a surement un rattrapage pour cette émission de midi, ce dimanche.

Oui, mais, cette fois-ci, la nuance est dans l’objet de la manœuvre. Comme le titre de ce billet l’exprime, je fais clairement un procès d’intention à ce ministre qui a sans doute longuement cherché et a trouvé, le moyen de faire payer un peu plus… peu ou prou presque tous les français.

De quoi s’agit-il ? 

Naturellement et une fois de plus, une attaque directe faite à l’automobile, vache à lait des générations gouvernementales.

Comme d’habitue, c’est le CO2 qui est responsable de la manœuvre, ainsi que les insinuations jalouses et déraisonnées de français déconnectés de la réalité ayant trouvé un nouveau veau d’or dans l’écologie punitive à travers….. le 4×4 hier, le SUV sur nos routes.

Donc, ce cher ministre a surement écouté ses petits collaborateurs zélés dans leurs bureaux de Bercy et nous sort la dernière idée : déplafonner le malus sur les voitures les plus polluantes. Notons au passage que celui-ci atteint déjà des sommets avec des montants de 12500 euros à l’achat et un impôt annuel de 160 euros à déclarer avant le 31 janvier de chaque année.
(*) Taper « malus écologique »

Avant d’aller plus loin et de vous présenter l’arnaque, disons le tout de suite, le CO2 a bon dos et ce n’est pas la lettre des 500 scientifiques adressée au secrétaire général de l’ONU qui change quoi que ce soit dans l’obstination verte.
(*) Taper « 500 scientifiques » pour en lire plus, par exemple

Et le procès d’intention alors ?

Voila, voila… Bercy veut des sous, plus de sous, et choisit de faire payer le malus sans limite… normal me direz vous, en France on ne produit pas ce genre de modèle de véhicule

Et là, arrivent les élections municipales bientôt.
Notre ministre choisit alors de laisser entendre que les municipalités seront en charge de ce malus… et on voit le vice tout de suite…. Ces municipalités à cours de ressources, vont appuyer une nouvelle entrée et ne vont pas modérer leurs prélèvements, bien sûr.

La taxe professionnelle a disparu, tout ce qui rentre fait ventre comme disait ma grand-mère. Jusque là, me direz vous, il n’y a pas de flou mais très probablement un loup

Laissons-nous maintenant porter par l’histoire et rappelons-nous, lors du temps de la vignette, ce qu’il s’était passé. Ce sont les départements qui ont eu le pouvoir d’en établir le prix. Je me souviens très bien, que le département de la Marne (51), avait choisi de faire un tarif très bas de cette vignette annuelle. … et cette réalité bien mesurée, a entrainé un afflux de nouvelles immatriculations… même les loueurs, ces entreprises qui profitent d’avantages auprès des constructeurs, avaient leur plaque terminant par ce 51 magique du temps où l’on pouvait encore les identifier sans erreur.

Il va se produire exactement la même distorsion. 
Certaines communes, plus commerçantes que d’autres, vont pratiquer des malus plus bas pour « attirer » l’acheteur, mais en réalité pour permettre à quelques riches, ou quelques entreprises d’échapper à la punition… disons-le encore inutile pour la planète.

Car, pour bénéficier de ce malus accommodant, il faudra avoir au moins avoir un point de résidence, un bureau… un je ne sais quoi justifiant de la présence dans la commune.
Quand on a des sous, beaucoup de sous, notamment pour s’acheter des automobiles de grosses cylindrée, lourdes, chères, la domiciliation n’est pas un problème : On peut le dire d’ores et déjà, parce qu’il existera toujours du clientélisme et que les Levallois-Perret et les balkany ou les Montpellier et les frêche existeront toujours.
(*) Note sur ce dernier commentaire… ni m. ou mme Balkany, pas plus que m. Frêche ne sont accusés de clientélisme, ils bénéficient d’une présomption de sincérité (d’innocence) tant qu’une mise en cause correspondante à mon propos ne soit publiée par les justices.

Je suis un vilain qui ne croit en rien en l’innocuité fiscale, ce que je sais c’est que le pouvoir, comme l’argent, attire le pouvoir… grâce entre autre à tous les idiots utiles qui prennent une importance portée par les réseaux de communication communautaires.

Demain, et selon les messages dont les chaines d’informations nous abreuvent… les gros moteurs… et les véhicules les plus lourds vont payer toujours plus à l’achat neuf ou d’occasion et cela tous les ans, car ni vous ni moi n’allons louer ou payer un hôtel d’entreprise dans une de ces villes accueillantes, pour y échapper et profiter de cet univers de liberté qu’est l’automobile.
(*) Véhicules les plus lourds donc les plus sûrs : où est la statistique de l’INSEE sur le nombre de morts par marque et modèle ?

Voila comment, d’une idée technique sans coloration politique, l’état macronien, ni de droite ni de gauche mais seulement d’en haut, va créer une exception économique au profit des plus aisés d’entre nous.

Comment voulez-vous, réforme après réforme, que les français fassent confiance a un gouvernement qui vote un soir pour l’huile de palme comme carburant et le lendemain exactement l’inverse avec 60 votants dans l’hemicycle !

PROCES D’INTENTION : Fin…. Billet à relire dans 2 ans .





Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire