le casse-tête turc de l’Otan


La Turquie de Recep Tayyip Erdogan, membre de l’Otan, est au carrefour de toutes les contradictions stratégiques de l’heure : montée de l’autoritarisme, alliances chancelantes, unilatéralisme, islam politique… Et s’il existe bel et bien un « problème turc », il est en train d’éclater au grand jour, contraignant tous les acteurs à prendre position.

C’est la Turquie d’Erdogan qui est à l’origine de la sortie fracassante d’Emmanuel Macron, le 7 novembre, dans l’hebdomadaire britannique « The Economist », dans laquelle il décrit l’Otan en état de « mort cérébrale ». Le président français n’a pas digéré la manière dont l’allié turc, avec le feu vert de Donald Trump, a « agressé » – c’est son mot – les combattants kurdes syriens, fers de lance de la coalition internationale contre Daech. Au point de questionner la validité de l’article 5 du traité d’Alliance atlantique, qui prévoit la solidarité automatique des Etats membres en cas d’agression contre l’un des leurs : « Si le régime de Bachar al-Assad

Pour lire les 75 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.
Pierre Haski





Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire