Alvarez et Muñoz unis dans El Tri



  • Le duo Santiago Muñoz-Efraín Álvarez est l’une des armes offensives d’El Tri
  • Nés tous deux aux USA, ils se considèrent comme des frères
  • Ils ont rendez-vous avec la République de Corée en quart

« Nous avons en commun ce rapport particulier avec les États-Unis. Il est comme un frère pour moi. Nous nous soutenons mutuellement. » Ce frère dont parle Santiago Muñoz s’appelle Efraín Álvarez. Et ce rapport avec les USA auquel il fait référence est à l’origine de leur complicité. Ils sont en effet les seuls de l’effectif mexicain U-17 nés aux États-Unis et non au Mexique.

Les parents de Santiago se sont installés à El Paso, au Texas, à quelques kilomètres de la frontière avec le Mexique, ceux d’Efraín à Los Angeles, en Californie. « Notre situation est à part. Nous en parlons entre nous, mais toujours en partant du principe que nous sommes tous égaux dans le groupe », explique Santiago à FIFA.com. « Nous sommes amis. Nous jouons toujours ensemble », ajoute Efraín, qui ne manque pas d’apporter sa console de jeux à chaque rassemblement. « Il est très chambreur, il me rend dingue. Mais c’est moi le meilleur ! », plaisante Santiago.

Efrain Alvarez of Mexico and Santiago Munoz pose for a photo

En totale harmonie

Au-delà de la vie courante, cette relation fraternelle se ressent également sur la pelouse. « Nous nous entendons très bien sur le terrain », confirme Santiago, qui évolue au poste d’attaquant à Santos Laguna et se distingue par sa qualité dans « les duels et et la finition. » « Nous combinons bien. Je lui viens en aide et vice versa », reprend Efraín, milieu de terrain offensif considéré comme « le plus grand talent de la MLS » par un certain Zlatan Ibrahimović, son coéquipier au Los Angeles Galaxy.

En huitième de finale, le Japon a subi les foudres de la paire Muñoz-Álvarez. Ce 11 novembre, la République de Corée devra résister au tandem lors des quarts de finale si elle ne veut pas connaître le même sort. « Ces deux joueurs s’entendent à merveille. Ils sont complémentaires et très efficaces dans la récupération », admet Marco Ruiz, sélectionneur d’El Tri. « Efraín a une technique hallucinante. Il fait ce qu’il veut du ballon », reconnaît son coéquipier. « Moi, je suis davantage dans le déplacement, je cherche les espaces dans le dos de l’adversaire. Il me trouve toujours en soutien. »

« Efraín a du talent. Nous devons travailler collectivement afin qu’il puisse s’exprimer pleinement sur le plan offensif. Quant à Santiago… je n’aime pas les numéros 9 qui se cantonnent à la surface de réparation. Je préfère les attaquants qui ressortent, qui produisent du jeu et qui conservent la balle », ajoute Ruiz à propos de ses deux protégés.

En plus de l’efficacité, cette doublette a de l’ambition. Le duo espère rapporter du Brésil un troisième trophée mondial en U-17. « Nous sommes dans une bonne dynamique », s’enthousiasme Efraín. Son frère de cœur est encore plus optimiste : « Dès le début, nous voulions réaliser quelque chose de grand. Désormais, nous ne visons rien d’autre que le titre. »





RMCSport

A lire aussi

Laisser un commentaire