Peut-on encore parler de racisme de façon raisonnée ?



L’affaire Lilian Thuram nous rappelle une fois de plus que porter la question du racisme sur la scène publique est le plus sûr moyen de semer la discorde et la confusion. Au mieux, tout le monde (ou presque) se vautre dans les imprécisions sémantiques, les écarts de langage provoquant des réactions en chaine qui mènent à l’autocensure et au politiquement correct. Au pire, nous réveillons la « bête », les maux des mots et les entrepreneurs de haine qui prospèrent sur les réseaux (…)


Société



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire