Le populisme italien s'écrase sur le mur de la réalité



« Il n'y a rien de plus sale que la pureté » disait Bernard-Henri Lévy dans les années quatre-vingt-dix parlant de l’intégrisme religieux et politique. Car la pureté est avant tout le produit de toute position politique extrême. Personne n’en est exclu. En Italie, on assiste ces derniers jours à la perte de cette « pureté » du populisme représentée par le Mouvement cinq étoiles au pouvoir, allié au parti d’extrême droite La Ligue de Matteo Salvini. Les députés et (…)


Europe



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire