L'angoisse du piéton qui baguenaude




Pauvre innocent. Le piéton, le marcheur, le flâneur peuvent bien se donner la main ; depuis quelque temps ils se font rouler dans la farine et marcher sur les pieds par une foule de gens pressés qui ne peuvent faire le moindre pas sans user d’un engin électrique tout autant qu’éclectique. Pire même, à coup de sonnettes, ces empressés du bulbe exigent que ceux qui vont tranquillement leur train se poussent devant la fureur de leur agitation hystérique. Naïvement, ils espéraient (…)


Environnement



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire