Quand les virus informatiques et leurs victimes se font art




C’est une vente pour le moins originale qui a eu lieu à New York fin mai. Présentée comme « l’œuvre la plus dangereuse au monde », l’œuvre intitulée « Persistence of Chaos » n’est autre qu’un ordinateur portable infesté par les six plus gros virus informatiques qui ont frappé à travers le monde depuis vingt ans. Un concept artistique différent de tout ce qui était connu jusqu’alors et qui s’est vendu pour la somme de 1,34 million de (…)


Technologies



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire