COMMUNIQUE DE PRESSE – EGYPTAIR

Le Ministère de l’Aviation Civile. Déclaration aux médias. Le Caire, le 10 avril 2019.

  • Faisant référence à ce qui a été publié, en citant un responsable judiciaire, relatif à l’accident d’avion Egyptair vol de Paris le Caire MS 804, et en complément de ce qui a été dit sur la procédure d’entretien technique de la société Egyptair, un responsable au Ministère de l’Aviation Civile a totalement démenti sur les allégations publiées par certains journaux, qui ont pour source un journal français, qui a prétendu qu’il existe des lacunes de la part de la société Egyptair dans le traitement technique de l’avion Airbus A320-200, étant donné que les travaux de maintenant technique des avions d’Egyptair ainsi que les travaux d’entretien sont faits conformément aux critères et standards internationaux établis par les Organisations Internationale d’Aviation civile.
  • La société EGYPTAIR MAINTENANCE & ENGINEERING a obtenu l’accréditation de l’Agence Européenne de sécurité de l’aviation EASA Part 145, ainsi que l’accréditation de L’Agence Fédérale Américaine FAA dans le domaine de la réparation et l’entretien des aéronefs, qui sont les accréditions les plus importantes dans ce domaine et les plus précises en ce qui concerne la qualité des aspects techniques. Des contrôles périodiques sont donc faits tout au long de l’année de la part des autorités sur toutes les activités et travaux de la société Egyptair MAINTENANCE & ENGINEERING tant dans les aéroports égyptiens, ou hors d’Egypte, dans toutes les stations internationales d’Egyptair, tous ces contrôles se font sur la base des critères obligatoires, sans qu’il n’y ait de réserves ou d’observations techniques. De plus; la société a eu l’accréditation de plusieurs autorités d’aviation civile des divers pays européens, africains et arabes.
  • Ces accréditations ont qualifié Egyptair MAINTENANCE & ENGINEERING afin de proposer ses diverses prestations techniques de réparation et d’entretien des aéronefs, des moteurs, et différentes unités pour plus de 157 clients de diverses sociétés d’aviation étrangères, arabes et égyptiennes.
  • La flotte d’avions de la société Egyptair est considérée comme l’une des plus modernes de la région au vu de l’âge moyen des avions et du plan continu de modernisation et développement des aéronefs. La société établit des procédures de sécurité aérienne qui garantissent la sécurité de ses clients, ses équipages et sa flotte comme l’une de ses premières priorités et se soumet à l’exécution de toute information internationale qui est de nature à consolider ces procédures.
  • Tous les avions non européens, y compris les avions égyptiens, sont soumis au « Safety Of Foreign Aircraft » (SAFA), système de contrôle non programmé, répété dont l’inspection est très précise et ce dans divers aéroports européens. Sont également contrôlé les équipes techniques en charge de l’entretien des avions, l’équipe de vol, les ingénieurs ainsi que les membres du personnel à bord. La vérification comprend aussi le contrôle technique mais aussi les documents et papiers d’accréditation de l’avion.
  • Enfin, l’avion Airbus A 320-200 qui a fait l’objet d’un crash au cours du vol MS 804, son système de suivi des pannes techniques de l’avion « Air Man » utilisé par la société Egyptair et celui utilisé par la société française Airbus, constructeur de l’avion, n’a enregistré aucun problème technique durant les derniers vols de l’avion avant la survenance du sinistre. Ces éléments sont de nature à démentir ce qui a été publié par le journal français.

Déclaration aux médias. Le Caire, le 10 avril /m.e.n.a

  • Des sources judiciaires ont affirmé, en ce qui concerne les informations diffusées par certains sites de journaux étrangers relatives à l’accident du crash de l’avion d’Egyptair vol no 804, en provenance de l’aéroport Charles De Gaulle Paris et à destination de l’aéroport international du Caire, en date du 19 mai 2016, relativement à certaines questions techniques en lien avec l’avion constitue une déclaration qui n’a pas pour source une autorité judiciaire officielle de l’Etat français.
  • Ces sources ont affirmé que lesdites informations contiennent beaucoup d’erreurs étant donné qu’elles comportent des questions qui contredisent ce qui a été déclaré par le parquet égyptien durant ses enquêtes antérieures vu qu’il a été établi, en vertu du rapport de la médecine légale égyptienne, et à travers les examens des restes des corps, qui ont été récupérés par le groupe de travail franco égyptien, la présence de traces de produits explosifs dans les corps ainsi que dans certaines parties métalliques et plastiques de l’épave de l’avion qui étaient collés aux restes des corps retrouvés.
  • Il est à relever que le parquet égyptien avait déjà déclaré que l’opération de récupération des restes des victimes de l’avion a été faite en parfaite connaissance de la médecine légale égyptienne avec la participation de représentants de la partie française. Ce qui est relaté dans certains sites de journaux étrangers n’est qu’une pure tentative visant à s’éloigner de la vérité, à savoir que l’accident est le résultat d’un acte terroriste.

Source : EGYPTAIR

A lire aussi