le témoignage poignant d’un ancien salarié



Le procès de France Télécom approche. L’ancien président, Didier Lombard, est poursuivi pour sa politique de déstabilisation des salariés. Yonelle Dervin n’est jamais revenu sur son lieu de travail. Depuis dix ans, il ne peut même pas repasser devant ses anciens bureaux de France Télécom, où il a tenté de mettre fin à ses jours. Aujourd’hui, il se consacre à l’élevage de chiens de compétition, mais il ne se passe pas un jour sans qu’il ne se remémore ses années passées à France Télécom, avant la grande restructuration des années 2000. « C’était l’esprit de famille, il y avait le respect, l’entraide. Il y avait tout ce qu’on peut espérer justement pour une activité professionnelle », se souvient-il au micro de France 3.

France Télécom était toute sa vie, toute sa fierté. Yonelle Dervin y était rentré il y a 40 ans, par la petite porte, puis il est devenu technicien. Mais un matin de septembre 2009, il est convoqué par son chef de service qui lui annonce sa mutation dans un centre d’appel. Pour Yonelle, c’est une mise au placard. « Là, vous prenez un coup de massue derrière la tête, vous vous effondrez. C’est abominable. Vous coulez et c’est fini ». Dès le lendemain, lors d’une réunion de travail, Yonelle se lève, prend la parole, avant de se blesser grièvement en se poignardant à l’abdomen. Son cas n’est pas isolé. À la même époque, 35 salariés de France Télécom se suicident. À partir du 6 mai prochain, Yonelle Dervin sera partie civile au procès de l’ancien PDG de France Télécom.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire