Dijon-Amiens: ce que risque l'auteur des cris racistes contre Prince Gouano



Un an de prison et 45.000 euros d’amende pour injure raciste, en plus d’une interdiction judiciaire de stade

Quelle sanction encourt-il? Si l’on regarde de près les textes de lois, l’injure raciste – si tant est que ses agissements dans les tribunes se « limitent » à cela – est définit comme « toute expression outrageante adressée à une personne ou à un groupe à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée ». Tenus en public, ces propos peuvent lui valoir jusqu’à un an de prison et 45.000 euros d’amende. 

En ce qui concerne l’interdiction judiciaire de stade qui devrait être prononcée envers l’auteur des faits, celle-ci viendra s’ajouter à l’éventuelle peine de prison et sanction financière. Elle conduira à son inscription dans le fichier national des interdits de stade et son identité sera transmise aux clubs et fédérations sportives. Cette interdiction, telle que prévue par la loi, court jusqu’à 5 ans maximum. En cas de non-respect de cette interdiction, une nouvelle condamnation pénale pourra être prononcée allant jusqu’à deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.



RMCSport