écarté pour ses propos homophobes, Folau tente de sauver sa carrière



Le dérapage de trop pour Israel Folau ? L’arrière-vedette des Wallabies, 73 sélections au compteur, pourrait bien ne plus jamais porter le maillot national. En cause: un message posté sur les réseaux sociaux: « Ivrognes, homosexuels, adultères, menteurs, fornicateurs, voleurs, athées, idolâtres, l’Enfer vous attend. Repentez-vous! Seul Jésus peut vous sauver. »

Fervent chrétien évangéliste, le joueur de 30 ans, organise désormais sa défense après son éviction jeudi de la sélection. Folau a rencontré ce vendredi les responsables de la Fédération australienne pour tenter de sauver sa carrière, à quelques mois de la Coupe du monde de rugby 2019 au Japon, où son absence serait une perte sportive pour son équipe.

La Coupe du monde s’éloigne pour Folau

« A la suite de la rencontre de ce jour, les deux organisations vont en référer à leur conseil d’administration respectif pour envisager la suite à donner aux événements » ont communiqué de façon commune Rugby Australia (RA) et la Fédération de Nouvelle-Galles-du-sud, à laquelle est affilié son club des Waratahs.

Au cours de sa rencontre avec Raelene Castle, directive exécutive de la Fédération Raelene Castle, a été signifié au joueur que son contrat allait être annulé. Mais il a la possibilité de se défendre devant une commission de discipline selon le quotidien Sydney Daily Telegraph.

Déjà des propos discriminants par le passé

Pour l’heure, le communiqué précise que « notre position commune concernant Israel Folau reste la même ».

Ce n’est pas le coup d’essai du joueur. Fin 2017, il s’opposait déjà à la légalisation du mariage homosexuel dans son pays et avait mis Castle dans l’embarras en avril 2018 en affirmant que l’Enfer attendait les homosexuels à moins qu’ils ne se repentent de leurs pêchés.
 

A l’époque, Folau avait été convoqué mais non-sanctionné. Avant de récidiver un mois plus tard en postant une vidéo dans laquelle un évangéliste américain mettait en garde contre le mariage entre personnes du même sexe, évoquant des « perversions sexuelles indescriptibles ».





RMCSport

A lire aussi

Laisser un commentaire