Grand débat national : Emmanuel Macron sous pression



Le gouvernement doit restituer les doléances des Français lundi 8 avril. Mais dans huit jours, c’est le président de la République qui devra trancher. Emmanuel Macron est sous la pression de l’opposition, qui estime que le grand débat national n’a que trop duré et qu’il est temps de passer des discussions à l’action, en tout cas aux décisions.

79% des Français estiment que le grand débat ne résoudra pas la crise politique. Pour convaincre ces sceptiques, le chef de l’État devra frapper les esprits avec des annonces qui seront suivies d’effets concrets et immédiats. Cette semaine, devant des élus bretons, il a promis de répondre sans reniement ni entêtement. Autrement dit, pas de retour de l’ISF à prévoir, en revanche, pour le reste, c’est beaucoup plus ouvert.

Sur la justice fiscale, les députés LREM proposent de créer deux nouvelles tranches d’impôt sur le revenu pour le rendre plus progressif pour les bas salaires. Pour le pouvoir d’achat, il y aurait la réindexation des petites retraites sur l’inflation. Les petites communes se verraient reverser intégralement le produit de la taxe foncière à la place de la taxe d’habitation. Emmanuel Macron joue la seconde partie de son quinquennat. S’il devait rater la sortie du grand débat, c’est lui seul qui en paierait le prix politique.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire