De Préville intenable, strootman et germain transparents… Les tops et flops de Bordeaux-OM



TOPS

Le duo Otavio-Basic, coeur de la victoire girondine

Si les Girondins de Bordeaux ont pu prolonger la malédiction, ils le doivent au travail de leur duo Otavio-Basic. Le Brésilien et le Tchèque, placés devant la défense, ont pris le dessus sur Kevin Strootman et Maxime Lopez dans tous les duels, serrant aussi Dimitri Payet quand il venait dans leur zone. Ils ont permis d’équilibrer Bordeaux tactiquement. Avec Toma Basic, Paulo Sousa semble enfin avoir trouvé l’homme à adjoindre à Otavio.

De Préville en feu

C’est avec la rage au coeur que Nicolas De Préville a affronté l’OM. L’attaquant a mis fin a sa série noire avec ce but à la 71e minute en enrhumant Boubakar Kamara. Il n’avait plus marqué depuis la 6e journée, jusqu’alors son unique réalisation de la saison. Il a été le symbole d’un Bordeaux en jambes, plein d’activité, décidé à ne pas être l’équipe qui laissait filer la malédiction la plus célèbre de France. Ce n’est pas un hasard s’il a terminé avec des crampes.

Les adaptations tactiques payantes de Paulo Sousa

Paulo Sousa a décroché sa première victoire avec Bordeaux et il en est en grande partie responsable. Le technicien portugais a rendu fou les Marseillais avec son 3-4-3. Placé dans le couloir droit, Youssouf Sabaly a sans cesse navigué entre Jordan Amavi et Nemanja Radonjic. Ce dernier n’a jamais pu apporter offensivement en première période, durant laquelle il n’a touché que 10 ballons. Au retour des vestiaires, Rudi Garcia a demandé au Croate de ne plus suivre Youssouf Sabaly. Changement payant avec une forte domination marseillaise. Alors Paulo Sousa est passé en 4-4-2 et l’OM a de nouveau perdu le fil.

FLOPS

Seul en pointe, Germain n’a pas existé

Prudent, Rudi Garcia a préféré laisser Mario Balotelli (Garcia avait évoqué une alerté avant le match) sur le banc de touche, redonnant sa chance à Valère Germain seul en pointe pour permettre aussi à Dimitri Payet de retrouver une place de meneur de jeu qu’il affectionne. C’est simple, Valère Germain n’a pas existé. Ni dans le travail défensif quand l’OM a subi, ni dans la finition quand l’OM a poussé. Il est sorti à la 77e après avoir perdu un ballon dangereux qui a obligé Boubacar Kamara à faire faute et à prendre un carton jaune.

Strootman et Amavi n’ont pas pris leurs chances

Pour la première fois depuis le 8 février, Kevin Strootman démarrait une rencontre. Le milieu s’est montré lent, sans idée, incapable de donner le coup de fouet dans la construction. Rudi Garcia a choisi de sortir Maxime Lopez, lui aussi décevant, mais le Néerlandais confirme match après match son statut de recrue flop. Dimitri Payet a montré de bonnes séquences, sans parvenir à mettre assez de liant dans le jeu. De son côté, Jordan Amavi a bu la tasse, après avoir déjà été en difficulté face à Angers (2-2) la semaine dernière. C’est lui qui perd le ballon qui amène au but de Nicolas De Préville (65e), véritable coup de massue.

Nouvelle polémique pour le VAR

L’arbitrage français, secoué après les demi-finales de Coupe de France cette semaine, ne va pas pouvoir souffler. Hakim Ben El Hadj a choisi de ne pas siffler une main de Pablo (10e) qu’il a estimé non intentionnelle et n’est pas allé vérifier l’action sur le bord du terrain. Il a ensuite sifflé la main de Nemanja Radondjic et a accordé un penalty à Bordeaux sans faire appel à l’assistance vidéo (26e). Une nouvelle situation qui sera sans aucun doute discutée.





RMCSport

A lire aussi

Laisser un commentaire