Des CRS ont-ils été envoyés en masse en renfort en Corse pour la venue d’Emmanuel Macron ?



Plusieurs images circulent. Elles montrent des dizaines de véhicules de CRS en partance pour l’île ou débarquant avant la visite présidentielle. Une source syndicale confirme ce déploiement.

Des dizaines de fourgons de CRS alignés dans ce qui semble être la soute d’un ferry. La photo a été abondamment partagée, mercredi 3 avril, sur les réseaux sociaux. Le cliché y est présenté comme la preuve de l’arrivée d’importants renforts de forces de l’ordre en Corse à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron dans le cadre du grand débat national, jeudi 4 avril.

« Cette photo circule sur les réseaux sociaux, une armée de CRS envoyée en Corse pour la venue du président, est-ce vrai ? Vrai ou fake ? », nous interroge @Moostik dans le live de franceinfo.

Nous ne sommes pas parvenus à authentifier cette photo. En revanche, nos confrères de France 3 Corse ViaStella ont filmé le déploiement de dizaines de fourgons de CRS sur le port d’Ajaccio, mercredi 3 avril au matin. Contacté par Libération, un journaliste de la chaîne locale confirme cet imposant débarquement de forces de l’ordre : les CRS « sont arrivés par deux bateaux différents lundi. Le premier est arrivé à 6h30 à Ajaccio, en provenance de Marseille. Le second est arrivé à 7 heures en provenance de Toulon. »

Une source syndicale précise à franceinfo que ce sont au total huit compagnies de CRS qui ont été déployées en Corse pour assurer la sécurité de la visite présidentielle. Six unités sont venues du continent en renfort des deux cantonnées sur l’île toute l’année, à Ajaccio et Bastia, selon cette source. Chaque compagnie étant constituée de quelque 70 membres, cela représente environ 560 personnes mobilisées. Et, ajoute cette source, ces CRS sont appuyés par six à sept escadrons de gendarmes mobiles, ce qui double les effectifs. Gendarmes mobiles et CRS sont tous concentrés sur le secteur d’Ajaccio et doivent repartir vendredi, selon cette source.

Un tel déploiement de forces de l’ordre n’est « pas habituel » sur l’île, reconnaît cette source syndicale. « La dernière fois, ce devait être lorsque le Conseil des ministres avait été décentralisé sous Nicolas Sarkozy », en octobre 2007, estime-t-elle. « On n’envoie jamais autant de monde pour faire du maintien de l’ordre », assure cette source, qui évoque le cas de matchs de foot pour lesquels une ou deux compagnies de CRS sont dépêchées sur l’île depuis le continent.

Pour autant, affirme cette source syndicale, le déplacement présidentiel en Corse ne fait pas l’objet d’une protection exceptionnelle. « C’est assez conforme à un voyage officiel du président de la République sur le reste de la France métropolitaine. Peut-être même un peu moins, compte tenu de la logistique nécessaire. » Contacté par franceinfo, le ministère de l’Intérieur n’a pas répondu.





FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire