Emmanuel Macron refuse l’invitation des dirigeants nationalistes à s’exprimer devant l’Assemblée de Corse



Le président de la République rencontrera des maires à Cozzano, jeudi, dans le cadre du grand débat national. Une rencontre que Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni ont l’intention de boycotter.

Emmanuel Macron « n’ira pas » à l’Assemblée de Corse, jeudi 4 avril, a annoncé l’Elysée mercredi. Dans la matinée, les deux dirigeants de l’exécutif avaient invité le chef de l’Etat à  « échanger » avec les élus de l’île, où il doit se rendre pour la dernière étape de ses rencontres avec des maires dans le cadre du grand débat national, à Cozzano (Corse-du-Sud).

« Le président de la République est tout à fait disponible pour un échange avec Messieurs Simeoni et Talamoni à Cozzano ou à Paris dès qu’ils le souhaiteront », a ajouté l’Elysée.

Le président du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni et le président de l’Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni ont déjà prévenu de leur intention de boycotter la rencontre avec les maires à Cozzano.

Faisant référence à un interview d’Emmanuel Macron publiée mardi dans Corse-Matin, dans laquelle il appelait à l’ouverture d’un « dialogue pour l’Histoire » au sujet de la Corse, Gilles Simeoni a déclaré mercredi devant la presse qu’« en réponse à cette déclaration, nous tenons à réaffirmer, publiquement et solennellement, que nous avons nous aussi la volonté inébranlable d’engager ce ‘dialogue pour l’Histoire’« .

« Le dialogue entre la Corse et l’Etat doit s’inscrire dans un processus qui a vocation à se poursuivre indépendamment du grand débat », a poursuivi Gilles Simeoni, invitant donc le président de la République à un échange, avant sa rencontre avec les maires, « au sein de l’institution qui est historiquement celle qui symbolise l’histoire contemporaine de la Corse, et dans l’hémicycle qui est le coeur battant de la démocratie insulaire ».



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire