feu nourri de l’opposition contre Emmanuel Macron



Des magasins saccagés, des kiosques à journaux en feu, samedi 16 mars, Paris a vécu une journée d’une extrême violence alors qu’Emmanuel Macron était en séjour dans les Pyrénées pour faire du ski. Deux jours à la montagne qui soulève une polémique. Le lendemain, l’opposition s’interroge. « On se demande parfois s’il a encore le sens du réel. Voilà des semaines que les organisateurs, ou en tout cas les meneurs des « gilets jaunes », expliquent que ce sera l’acte le plus dur depuis le 17 novembre. On se dit qu’il choisit bizarrement ses moments pour aller au ski », a commenté Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, dimanche matin.

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a défendu le chef de l’État dimanche midi : « Le président de la République a pris la décision qui s’impose, qui était de rentrer de son week-end. Il a tenu une cellule de crise hier soir avec le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre et donc il est parfaitement au travail. » Marine Le Pen (RN), elle, a dénoncé le laxisme du gouvernement et a demandé des sanctions pour les casseurs dimanche midi sur France 3. De son côté, Xavier Bertrand, sur franceinfo dimanche midi, en appelle à la responsabilité de l’exécutif. La sortie du grand débat national s’annonce délicate pour Emmanuel Macron.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire