après les violences, Hugues Renson veut une « réponse opérationnelle nouvelle »



L’acte XVIII de la mobilisation des « gilets jaunes », samedi 16 mars, a été marqué par un regain de violences, notamment sur les Champs-Élysées, où des façades ont été incendiées et des magasins saccagés. Près de 200 personnes ont été placées en garde à vue à Paris. « Comme tous les Parisiens en ce début de semaine, je suis mélangé par des sentiments de tristesse, mais aussi d’exaspération et de colère devant ces hordes de sauvages qui débarquent depuis 18 semaines« , réagit le vice-président de l’Assemblée nationale, Hugues Renson, sur le plateau des 4 Vérités, lundi 18 mars.
 
Édouard Philippe a reconnu lui-même des « dysfonctionnements » dans le dispositif de sécurité mis en place samedi à Paris tandis qu’Emmanuel Macron a réclamé des décisions « fortes« . Il faut une « réponse opérationnelle nouvelle« , abonde Hugues Renson, ancien membre des Républicains (LR) qui évolue désormais sous la bannière La République en marche (LREM). « Il faut mettre autour de la table la maire de Paris, les maires d’arrondissements, les parlementaires et le gouvernement parce qu’il va bien falloir (…) qu’on puisse apporter des réponses aux Parisiens« , poursuit-il.

Faut-il aller jusqu’à interdire les manifestations, comme l’a proposé l’avocat Jean-Pierre Mignard dans les colonnes de Libération ? « Je ne crois pas qu’il faille interdire les manifestations en règle générale. En revanche, il faut trouver une réponse nouvelle quand des manifestations qui ne sont pas autorisées se déroulent« , répond Hugues Renson.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire