« Ça doit concerner l’ensemble des retraités et on ne doit pas voir ça en 2020 »



« On demande simplement que l’on cesse d’amputer le pouvoir d’achat de ces 16 millions de retraités », a réagi vendredi sur franceinfo le vice-président de la Confédération française des retraités, Christian Bourreau.

Le Premier ministre Édouard Philippe s’est dit prêt, vendredi 15 mars, à revoir la ré-indexation des retraites les plus modestes sur l’inflation. Mais « ça doit concerner l’ensemble des retraités et on ne peut pas dire qu’on verra ça en 2020 », a réagi le vice-président de la Confédération française des retraités Christian Bourreau, invité de franceinfo. « Il faut que l’on arrête de considérer que les retraités sont comme des moutons dont on peut tondre la laine en fonction des besoins », a-t-il expliqué.

franceinfo : Est-ce que ça pose un problème d’égalité selon vous si cette mesure ne prend en compte qu’une partie des retraités ?

Christian Bourreau : Il faut que l’on soit clairs. Il faut que l’on arrête de jouer avec les retraités. Il faut que l’on arrête de considérer que les retraités sont comme des moutons dont on peut tondre la laine en fonction des besoins. C’est inacceptable et les retraités commencent à en avoir [marre, ndlr] au-delà du supportable. J’ai entendu les commentaires. On m’a parlé de 2019 : cette année-là, 0,3% de revalorisation [prévue] alors que l’inflation va être de 1,5% et je voudrais rappeler que 2018 ça a été la même chose, il n’y a pas eu de revalorisation du tout. Donc, on est sur deux années de non-revalorisation. Ça ne va pas dans le bon sens. Ça se traduit par 2% de baisse de pouvoir d’achat pour les retraités.

Concernant la proposition d’Édouard Philippe à partir de 2020 (le retour de l’indexation des retraites les plus modestes sur l’inflation), va-t-elle dans le bon sens ?

C’est quoi les plus modestes ? Rappelons ce qui s’est passé avec l’histoire de la CSG. On va recommencer cette espèce de salade : ‘On parle de quoi ?’, ‘Est-ce qu’il faut parler du revenu fiscal de référence ?’, ‘Qu’est-ce qu’on fait avec les polypensionnés ?’ Il y a toute une série de questions qui se posent de nature technique, mais sur le fond il y a un clivage que l’on s’obstine à faire apparaître à l’intérieur des retraités. Moi, je voudrais rappeler que les retraités ce sont 16 millions de citoyens. On a tendance à considérer que les retraites c’est une prestation sociale, qu’on vous la donne parce qu’on veut bien vous la donner, parce que les circonstances le permettent, mais la retraite c’est un droit acquis par les retraités, au motif qu’ils ont financé la retraite de leurs propres parents par les cotisations qu’ils ont versées tout au long de leur carrière.

Vous souhaitez donc que la ré-indexation concerne tous les retraités quel que soit le montant des pensions ?

Ça doit concerner l’ensemble des retraités et on ne peut pas dire qu’on verra ça en 2020. Je rappelle qu’en 2020 il faudra attendre la loi de finances de cette même année et qui sera votée fin 2019 et si on écoute le Premier ministre, il ‘envisage peut-être’ etc. Donc, on envisage de faire en 2020 ce que la République en marche évoquait précédemment. Ce n’est pas acceptable. Nous voulons effectivement que l’indexation [soit prise en compte] mais donc ça revient à revenir sur ce qui est inscrit dans le code de la sécurité sociale. On ne demande pas que les pensions soient indexées sur la progression du salaire moyen, on n’est pas idiots et on ne demande pas la lune. On demande simplement que l’on cesse d’amputer le pouvoir d’achat de ces 16 millions de retraités car il faut savoir que toutes ces amputations sont cumulatives et définitives.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire