Édouard Philippe reste frileux sur une réforme fiscale



La justice fiscale est l’une des thématiques les plus plébiscitées durant le grand débat national. Vendredi 15 mars, le Premier ministre a indiqué y être sensible, mais en réalité, Édouard Philippe est plus réservé. La TVA réduite pour les grandes nécessitées ? Jugée trop complexe. Le Premier ministre y voit deux obstacles : l’obligation de négocier avec l’Europe et le risque que cette baisse profite aux distributeurs plutôt qu’aux foyers modestes.

Privilégier les baisses d’impôts

Le retour de l’ISF ? La mesure est rejetée, inefficace selon le Premier ministre. « Je pense que si on veut faire payer les riches, la bonne solution, ce n’est pas de les faire partir », a-t-il estimé. Enfin, l’idée d’un import sur le revenu pour tous est jugée injuste. Édouard Philippe dit vouloir privilégier les baisses d’impôt et de dépenses publiques plutôt qu’une grande réforme fiscale. 

Le

Les autres sujets du



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire