le cas Viktor Orban divise la droite après ses affiches contre Jean-Claude Juncker



C’est la dernière provocation de Viktor Orban qui a mis le feu aux poudres : des affiches sur les murs de Budapest (Hongrie) qui visent directement le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker. Ce pavé dans la marre jette le trouble dans la famille du PPE, le centre droit européen. 

L’assemblée générale du PPE tranchera le différend 

Un combat fratricide est engagé entre deux leaders du même camp. Il pourrait déboucher sur l’exclusion de Viktor Orban du PPE. « Celui qui ment en Europe pour des raisons de politique interne doit s’interroger s’il veut rester membre du PPE, a mis en garde Jean-Claude Juncker. Il [Viktor Orban NDLR] ne fait plus partie des nôtres. » Jeudi 7 mars, 12 délégations nationales du PPE exigent des sanctions à l’encontre du Premier ministre de Hongrie. Son bras droit Gergely Gulyas, leur a apporté une réponse cinglante. Le prochain round devrait se dérouler à Bruxelles le 20 mars. L’assemblée générale du PPE tranchera le différend. 

Le

Les autres sujets du



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire