Dusan Tadic, le match d’une vie



Il avait le parcours d’un bon joueur, d’un attaquant ayant certes goûté à la Premier League, mais qui n’avait jamais pu, ou su, franchir ce fameux pallier le séparant des meilleurs. Jusqu’à ce mardi 5 mars, sur la pelouse du mythique Santiago-Bernabeu. Le soir où le Serbe Dusan Tadic, 30 ans, a marché sur le Real Madrid.

Si l’Ajax Amsterdam s’est imposé 4-1 lors de son 8e de finale retour de Ligue des champions, décrochant ainsi son billet pour les quarts, c’est en grande partie grâce à son avant-centre, impliqué dans tous les bons coups. « Tadic, demain il a 11 sur 10, s’enflamme Christophe Dugarry. Je n’ai jamais vu ça. Il a tout fait, il a tout tenté, tout réussi. Il a été extraordinaire, c’est le match de sa vie à ce garçon. »

Deux passes, une roulette, et une merveille de frappe

Sur le premier but néerlandais, Tadic a récupéré la balle, accéléré, avant de délivrer un bijou de passe décisive de l’extérieur du pied à Ziyech, qui n’avait plus qu’à ajuster Courtois. Sur le deuxième, il s’est offert une percée depuis le milieu de terrain, a enrhumé Casemiro d’une roulette zidanesque, pour ensuite servir Neres dans la profondeur, qui a conclu en gagnant son face-à-face. Et sur le troisième, c’est la foudre qui a parlé: décalé par Van de Beek, Tadic a propulsé une frappe parfaite, du gauche, dans les filets merengue.

« On veut toujours faire au mieux, travailler pour l’équipe, et parfois on arrive à marquer, à faire des passes décisives, a souri l’intéressé après-coup. C’est agréable, c’est un super moment, et une soirée très spéciale pour moi. »

>>> Cliquez ici pour vous abonner à RMC Sport et profiter en exclusivité de la Ligue des champions

« J’ai revu Dennis Bergkamp »

Une soirée qui confirme aussi la très belle saison de Tadic avec l’Ajax. De retour aux Pays-Bas (il avait déjà joué à Groningue et Twente) après quatre saisons en demi-teinte à Southampton, l’attaquant a en effet retrouvé des couleurs. Deuxième meilleur réalisateur d’Eredivisie avec 16 buts, il en est aussi à 6 buts – et même 9, si l’on compte les tours préliminaires – sur la scène européenne.

« C’est probablement le match le plus accompli qu’il a fait depuis le début de sa carrière, observe Emmanuel Petit. Par rapport à ceux qui l’ont connu à Southampton en Premier League, c’est le jour et la nuit. Là-bas, il jouait ailier droit la plupart du temps, dans une équipe qui se battait pour le maintien et n’avait pas la même philosophie. Là, il est épanoui, il a retrouvé un poste qui lui convient à la pointe de l’attaque. Il a une vision de jeu, une justesse, une qualité technique… Il a fait un travail remarquable. »

Et l’ancien Gunner de se lancer dans une comparaison: « Dans ce match-là, j’ai revu un illustre Néerlandais que j’ai connu à Arsenal: Dennis Bergkamp. Lui aussi était dans ce registre, où il était certes attaquant de pointe, mais décrochait souvent pour faire jouer le reste de l’équipe. »





RMCSport

A lire aussi

Laisser un commentaire