comment les étudiants sont formés à l’animation des stands de proximité du grand débat ?



Des jeunes volontaires ont commencé à animer des discussions, dans le cadre du grand débat national. Franceinfo a suivi l’une de leurs sessions de formation.

Des étudiants ont commencé à animer des « stands de proximité », jeudi 14 février, dans les gares et les postes, pour permettre au plus grand nombre de participer au grand débat national. Au total, 150 jeunes vont sillonner la France jusqu’au 15 mars, date officielle de la clôture de cette concertation.

Pour cela, les jeunes volontaires ont été préparés, comme à Sciences Po Paris, par exemple, lundi. Carnet de notes sur la table, stylos à la main, ils sont une dizaine à écouter attentivement la présentation qui leur est faite par Nadia Boeglin, de la mission grand débat : « Vous proposez et le public dispose. Il peut parler de tous sujets, vous recueillez sa parole. »

On va beaucoup insister sur les notions de neutralité, d’écoute, de votre part.Nadia Boeglin, formatriceà franceinfo

Assis au deuxième rang, Adrien, en master finance et stratégie, prend des notes, participer à l’animation de ce grand débat était une évidence pour lui : « C’est un thème qui est ancré dans l’actualité. Ce qui m’intéresse beaucoup, c’est qu’on va avoir un encadrement avec des jeunes, avec la proximité, je pense qu’on va pouvoir attirer un public plus jeune. »

Des jeunes pour toucher les jeunes, grands absents du grand débat, c’est effectivement l’objectif, affirme Guy Canivet, l’un des cinq garants chargés de veiller à l’indépendance de la grande concertation : « Après tout, si un grand débat est organisé, c’est à leur intention, parce que c’est la société qui est en train de se construire, qui va les intéresser un jour ou l’autre. Donc tout ce qui est fait pour aller au-devant des jeunes et recueillir leur parole me semble important. »



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire