entre grand ménage et grand déballage



Moins de deux ans après la vraie-fausse fusion avec le Racing 92, le Stade Français, pourtant 4e du Top 14 après 14 journées, vit de nouvelles heures agitées en coulisses. Comme révélé par RMC Sport, les dirigeants parisiens ont convoqué jeudi Robert Mohr et Julien Dupuy pour leur annoncer une mise à l’écart. En froid avec Heyneke Meyer, le patron du secteur sportif, le directeur du développement sportif et l’entraîneur de la technique et des skills du Stade Français se dirigent vers la sortie. Mohr, dont l’éviction a été ressentie comme un coup de tonnerre au club, est mis au repos, avec deux semaines vacances. Et après? Il pourrait retourner en Allemagne au sein de la Wild Academy. Quant à Dupuy, son départ forcé était dans les tuyaux depuis quelques semaines. L’ancien demi de mêlée passera l’entretien préalable à son licenciement jeudi selon nos informations.

Les joueurs en conflit avec la direction générale

La situation ne laisse évidemment pas insensible les joueurs, déjà remontés contre une partie de leurs dirigeants, le président Hubert Patricot et surtout le directeur général, Fabien Grobon, qui ne fait pas l’unanimité ni interne, ni en externe. Ce n’est d’ailleurs pas nouveau. Comme révélé par RMC Sport fin décembre, certains cadres du vestiaire n’avaient pas hésité ces derniers mois à exprimer clairement à plusieurs reprises leur désaccord sur la manière dont est géré le club. C’est encore plus vrai depuis jeudi. Sergio Parisse et ses partenaires, choqués, se sont d’ailleurs réunis à plusieurs reprises pour échanger, entre eux, depuis jeudi soir. Selon les informations de RMC Sport, les joueurs réfléchissent désormais à la suite à donner.

Le Stade Français, comme Montpellier?

C’est à la veille du match contre Pau vendredi en Challenge européen, pourtant jugé en interne comme très important par le staff et la direction, qu’ils ont appris la nouvelle comme tout le monde. Le timing n’était pas franchement idéal… Malgré tout, le Stade Français s’est imposé à Jean-Bouin (35-14), en proposant un visage et un jeu différents des semaines passées en Top 14, comme si les joueurs voulaient avant tout se faire plaisir en se resserrant. « L’équipe a montré du caractère car on aurait pu faire un match où on était à l’ouest mentalement et au final on a respecté ce maillot, ce club, disait d’ailleurs le capitaine après match. Le plus important à retenir, c’est qu’aujourd’hui on est là, ça ne sera pas le cas demain. On s’en fout des Parisse et des mecs qui sont là. Le plus important, c’est le Stade Français. »

Alors que certains cadres étaient frustrés de leurs temps de jeu et de leurs situations, dont Jules Plisson, Alexandre Flanquart et Djibril Camara, d’autres éléments importants de l’effectif pourraient monter au créneau. Surtout les joueurs français et les historiques du club, qui ont en eux l’ADN du club, moins les éléments sud-africains, davantage derrière leur coach. « Je ne ferai pas du Jake White », avait lancé Heyneke Meyer à son arrivée. La situation se rapproche pourtant de ce qu’a vécu Montpellier il n’y a pas si longtemps avec cet autre technicien sud-africain. Avec la fin que l’on connaît. « C’est encore pire au Stade Français, car ils voudraient virer encore plus de monde dans le staff et chez les joueurs », nous a confirmé un proche du club. « Tout le monde est en danger », selon une autre source.

Landreau de retour?

A l’inverse, Fabrice Landreau pourrait revenir dans un club où il a évolué de 1999 à 2003 en tant que joueur puis comme entraîneur de 2004 à 2009. Libre depuis l’été dernier et son départ du RCT, l’ancien manager de Grenoble intéresse fortement le club parisien. Plusieurs échanges ont eu lieu entre les deux parties, dont une rencontre avec le président Hubert Patricot fin décembre. Et selon nos informations, un nouveau rendez-vous aura lieu dans les heures à venir. Mais pour occuper quel poste? Il ne s’agit pas d’un rôle purement sportif au bord du terrain mais bien d’une fonction transversale qui pourrait l’amener à travailler aux côtés de Meyer mais aussi de Pascal Papé, en charge de la formation, que l’on dit pourtant menacé. Car il faudra bien remplacer certaines attributions de Dupuy, notamment pour le recrutement.

Hans-Peter Wild lâche son homme de confiance

Pour le moment, le discret propriétaire Hans-Peter Wild ne s’est pas exprimé sur le sujet. Que pense-t-il de cette situation? Et comment peut-il se séparer de Robert Mohr, son homme de confiance et ancien directeur de la Wild Academy? Le choix étonne grandement. Toujours selon nos informations, Mohr n’aurait pas reçu le moindre appel de son compatriote ces derniers jours, ni avant son entretien, ni même après. Mais Wild, rarement au club, était-il vraiment au courant de tout ce qui se trame au club ces derniers mois? Certains en doutent. Meyer, Patricot et Grobon, eux, regretteraient certaines de ses décisions dans le renouvellement de contrats et son manque d’expérience à ce poste. Le docteur Wild, qui serait en vacances au soleil, n’était pas présent à l’entretien entraînant mise à l’écart de ses deux techniciens jeudi. Au final, la donne est claire cependant: Heyneke Meyer a plus que jamais les pleins pouvoirs sportifs au Stade Français. Et ce n’est peut-être qu’un début…





RMCSport

A lire aussi

Laisser un commentaire